Interview de pro : Mademoiselle MU, maquilleurs

Pauline Darley
On continue notre tour dans les coulisses de la mode. Cette fois-ci, je vous présente Mademoiselle MU, un duo ultra doué des pinceaux, dont vous avez certainement aperçu un bout de travail sur les blog de The Cherry Blossom Girl et de Miss Pandora. Ils nous font part de leur vision du métier de maquilleur.

Est-ce que vous pouvez vous présenter ?
Camille : Je m'appelle Camille, je suis originaire de Marseille mais je vis à Paris depuis 2006. Je suis maquilleuse professionnelle et je travaille principalement sur des shootings photo ou des tournages.
Sess : Je m'appelle Sess, je suis originaire de Versailles mais j'ai vécu 19 ans à Bamako au Mali. Pour ma part j'ai deux métiers, maquilleur comme Camille et illustrateur.
Nous avons eu ensemble une petite fille il y a presque 4 ans et c'est à peu près à ce moment là que nous nous sommes associé pour créer et travailler sous le même nom: Mademoiselle Mu.

Vous aviez fait des études "classiques", quel a été l'élément déclencheur de ce virage professionnel ?
Camille: J'ai toujours été attirée par de nombreux métiers et hésité. Dès le lycée puisque j'ai commencé par une filiaire scientifique avant de bifurquer en littéraire un an plus tard. Quand je me suis inscrite à la fac, mon idée principale était de devenir journaliste ou reporter. Mais je n'ai tenté aucun concours (sûrement par sentiment de ne pas être à la hauteur). J'ai commencé à m'ennuyer et à me sentir coincée l'année de mon master. Du coup, avant de devenir folle, j'ai préféré tout arrêter. Pendant un an, j'ai pris des cours de dessin, peinture et couture. Je voulais faire quelque chose de varié et créatif dans une nouvelle ville. Après maintes hésitations, j'ai fait mon choix pour une école de maquillage à Paris.
Sess: Je dessine depuis que je sais tenir un crayon. Comme je vivais au Mali, je n'avais pas vraiment le choix sur les différentes filiaires et je me suis contenté d'un bac éco. En rentrant en France, j'ai passé un an en prépa à l'atelier de Sèvres et mis à part les cours d'anatomie et d'illustration, le reste ne me convenait pas. J'ai donc décidé de me lancer seul dans l'illustration mais ne voulant lacher les études pour autant, j'ai intégré une école de maquillage.

crédit photo : Pauline Darley
crédit photo : Pauline Darley
Votre duo (fille-garçon) n'est pas courant : quelles sont les grandes forces que vous en tirez et est-ce que cela représente un frein parfois ?
Être en duo et en couple nous permet d'être plus fort. On peut s'épauler, discuter; on se comprend. On rencontre également plus de personnes, on a un carnet d'adresse commun. Et si l'un des deux est malade, l'autre est là pour remplacer. C'est pratique !
Je ne sais pas si cela peut être un frein puisqu'on travaille aussi bien seul qu'ensemble. Certaines personnes ne savent même pas que nous sommes deux et nous connaissent juste en tant que Sess ou Camille.

Comment vous répartissez-vous le travail ?
Camille : Grossièrement disons que pour tout ce qui concerne les mails c'est moi qui gère, et la partie facture/compta c'est plutôt Sess. Après, pour les boulots, on essaie d'être à peu près équitable, on alterne. S'il y en a un qui "se sent" plus ou qui est moins fatigué, c'est lui qui prend. En fait, tout cela se fait naturellement sans qu'on y réfléchisse trop.

Quelle est la journée-type pour vous ?
Alors là, c'est simple AUCUNE journée type. On est vraiment au jour le jour!!

crédit photo : Maxime Stange

Vous travaillez sur pas mal d'éditoriaux web, en quoi est-ce différent d'un éditorial print par exemple ?
Internet a permis la création de beaucoup de webzines. C'est moins couteux car il n'y a pas d'impression et en plus c'est écolo (et gratuit!). C'est toujours chouette et prestigieux de voir les photos pour lesquelles on a travaillé sur papier mais le web permet de mieux diffuser notre travail et d’être assez libre et varié.
Trouvez-vous que votre métier, tel qu'il est réellement, est mal connu du public ?
Camille : Je ne sais pas. Je pense qu'on ne se rend pas compte à quel point c'est dur parfois. Nous sommes très nombreux à faire ce métier, il faut arriver à se construire un réseau, un book, se remettre perpétuellement en question, être toujours créatif, présent et disponible... De l'extérieur on voit surtout les strass et les paillettes mais c'est un milieu assez difficile.

Considérez-vous que vous faites partie du monde de la beauté ou du monde de la mode ?
Camille : Je dirai plus dans la mode car travailler en "beauté" est vraiment particulier. Il faut beaucoup de rigueur, minutie et patience, chose que l'on n'a pas tout le temps surtout pour les détails, mais le monde de la beauté est un univers à explorer!

D'ailleurs, quel est votre rapport à la mode ? Êtes-vous sensibles aux tendances ?
Camille: Je pense qu'on s'intéresse plus ou moins à la mode par notre métier mais sans non plus être "à fond". On suit de loin ce qu'il se passe, on essaie de se tenir au courant. On est abonné à rien en particulier. Mais sans acheter de magazine, c'est vrai que rien qu'avec notre entourage, notre fil d'actualité facebook ou instagram, nous sommes toujours nourris de photos de défilés, de shoots... On aime malgré tout garder du recul et du détachement sur tout ça. Après en fonction du boulot ou de la demande, on approfondit nos connaissances en farfouillant dans tous les sens (merci internet).

Et enfin, quels sont vos projets pour 2014 ?
C'est vrai que cette année à commencer plutôt calmement. Quelques projets en prépa, notamment avec Pauline Darley et Clémentine Lévy et sans oublier la série Halloween avec Louise et Alix qu'on attend toujours avec impatience ! Après qui sait ce que notre agenda nous réserve...!

On se retrouve sur Facebook / Hellocoton / Twitter / Pinterest / Bloglovin ?

6 commentaires:

  1. J'aime toujours tes interviews de pro, elles permettent d'avoir une belle "inside view" du métier !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Polina ! Ca me fait hyper plaisir d'avoir ton retour ! Et ça m'encourage ! :)
      Belle soirée

      Supprimer
    2. À quand la prochaine ? ;-)

      Supprimer
  2. C'est top de lire ce type d'interviews!

    RépondreSupprimer

Je vous laisse la parole !

Merci à vous de prendre le temps de me laisser un commentaire ! :)