Interview de pro : Isabelle Gleize directrice du Village des Créateurs


On continue de plonger dans les coulisses de la mode en allant à la rencontre d'Isabelle Gleize, la très dynamique directrice du Village des Créateurs. Le Village des Créateurs ? Oui, à Lyon, une structure a été montée il y a un peu plus de 10 ans à présent pour aider la jeune création. Ce mois de janvier débute par le lancement du 8° concours Talents de mode.
Mais commençons par le commencement...

Pouvez-vous nous raconter les débuts de cette structure ?
Historiquement, les pentes de la Croix-Rousse étaient le quartier des Canuts mais quand les grossistes se sont relocalisés, les rez-de-chaussée et les 1ers étages se sont retrouvés inoccupés. Le Grand Lyon et la Ville de Lyon les ont rénovés et ont décidé de proposer le passage Thiaffait aux créateurs. En 2001, c’était compliqué car le quartier n’était pas du tout commerçant. Aujourd'hui, depuis la création nous acueillons une douzaine d’entreprises en résidence.

Peut-on qualifier le Village des Créateurs de pépinière d'entreprise ? Et pourquoi il a semblé nécessaire d'en créer une spécialement pour la création ?
Oui, le Village des Créateurs est une pépinière d’entreprise ! Les entreprises de la création ont des besoins très spécifiques et qui leur sont propres. La commercialisation et la communication sont plus complexes. Être créateur est un métier compliqué : il faut savoir créer bien sûr, mais aussi gérer la sous-traitance, la communication etc…
Au début du Village des Créateurs, les personnes qui nous sollicitaient sortaient d’école de création. De plus en plus, nous recevons des dossiers de personnes sortant d'écoles de commerce, qui n'ont pas de connaissance dans la création. Aujourd’hui, nous aidons ces 2 types de profil, qui n’ont pas les mêmes attentes !

En 2001 lorsque le Village des Créateurs a été créé, est-ce que les problématiques étaient déjà les mêmes que celles d'aujourd'hui ?
Non, cela a forcément changé. La crise est passée par là et tout le monde est plus prudent. Et puis, la création est un univers par essence changeant auquel nous devons en permanence nous adapter...

La ville de Lyon, capitale historique de la soie, est-elle toujours dans la course ?
Oui ! Nous avons une chance énorme, nous avons des formations à tous les niveaux dans la mode : du CAP au bac+5. De plus, la fabrication textile est encore importante dans la région Rhône-Alpes. Les jeunes marques peuvent être mises en relation avec eux par notre biais. Lyon possède aussi une culture du bien-fait et de l’Art Appliqué. A l’heure où l’on revient au Made in France, soutenir le travail local est une valeur ajoutée.
Et puis, on est qu’à 2 heures de Paris donc c’est facile de s’y rendre si besoin et les jeunes créateurs font le choix de se tourner vers Lyon car le coût de la vie y est moins élevé !
Mais nous tissons de plus en plus de lien avec Paris, car ça reste essentiel. Nous avons un bureau de presse parisien pour plus de visibilité nationale.

Le Passage Thiaffait

Les pouvoirs publics vous soutiennent : qu'est-ce que cela signifie concrètement ?
La SERL propriétaire des lieux  loue  les locaux, boutiques-ateliers du passage Thiaffait ! En plus de cela, le Grand Lyon, la région Rhône-Alpes et la ville de Lyon sont nos principaux financeurs…

Comment qualifierez-vous l'aide à la jeune création en France ?
Des pépinières comme la nôtre n’existent pas vraiment ailleurs qu’à Lyon et l’organisme qui s’en rapproche le plus est Maison de Mode à Lille. Sinon, il y a bien d’autres aides mais elles ne sont que financières. Notre travail principal est l’accompagnement d’entreprise. Et nous sommes là pour poser les 1ères pierres…

Comment choisissez-vous vos jeunes pousses ?
Nous les choisissons autant pour la façon dont ils envisagent le business que la création. Je ne suis pas seule pour les choisir, nous sommes un comité d’agrément. Pour les demandes de résidence, nous acceptons 1 dossier sur 3. On regarde principalement la cohérence du projet, le business plan dans la durée et bien sûr le parti-pris. Mais surtout, il faut vraiment que la jeune marque ait besoin de nous et non pas qu’elle cherche seulement un local !

L'intérieur d'une boutique-atelier
 Comment accompagnez-vous les jeunes entrepreneurs ?
Chose importante, nous sommes dans la responsabilisation des résidents. Nous croyons en leur projet et nous ne faisons pas d’ingérence. C’est aux jeunes entrepreneurs que reviennent les décisions finales; ils restent maîtres de leur marque ! Nous leur offrons nos services en accompagnement entrepreneurial, en mode, en stratégie commerciale notamment... Des formations sont proposées et bien sûr, ils gagnent en visibilité grâce à nos différents partenariats avec le Design Tour, la Galerie Joyce à Paris ou encore avec les Galeries Lafayette de Lyon ou le salon Who’s Next…

Le web fait-il à présent complètement parti de vos outils ?
Absolument ! Tout est perfectible mais nous tenons à avoir une présence sur le web et à communiquer régulièrement via Facebook, Twitter et sur le blog.

Quels sont les projets pour le Village des Créateurs pour l'année 2014 ?
L'ouverture de notre boutique pérenne au mois de mars et bien sûr le lancement en janvier de la 8° édition du concours Talents de Mode.

Retrouvez toutes les interviews des professionnels de la mode ici 

On se retrouve sur Facebook / Hellocoton / Twitter / Pinterest / Bloglovin ?

1 commentaire:

  1. Je ne connaissais pas cette structure. Très intéressant !
    Lise

    RépondreSupprimer

Je vous laisse la parole !

Merci à vous de prendre le temps de me laisser un commentaire ! :)