La mode et l'estime de soi


 La semaine dernière, alors que j'ouvre mon courrier, je tombe nez à nez avec ce titre : "Estime de soi : un capital pour la vie". Forcément, ça me parle et j'ouvre le magazine.
Des phrases me marquent. En voici 3 :
1) "on s'aime malgré ses défauts et ses limites, malgré les échecs simplement parce qu'une petite voix nous dit que l'on est digne d'amour et de respect"
2) "le trop est toujours signe d'un manque"
3) "les propos que vous tenez sur vous-même modifient la perception que les autres ont de vous"

Je sais pas vous, mais pour ma part, ce genre de sujet m'ébranle facilement. En effet, avoir une bonne opinion de soi semble facile sur le papier. Pourtant, dans la réalité, pour peu que l'on soit un peu perfectionniste, l'estime de soi n'est jamais acquise totalement.
Je me demande souvent si l'intérêt que j'ai pu et peux encore porter à la mode n'y est pas lié. 
Quand je m'habille un poil too much, quelle en est la raison ? Est-ce pour contrer un déficit d'estime de soi ? Est-ce pour "donner l'impression de" ?
A contrario, si je suis vêtue plus sobrement signifie-t-il que je connais ma valeur ?
Ce raccourci serait trop beau de simplicité. Et cela permettrait de ranger les gens dans des cases sans évidemment prendre en compte les subtilités de la personnalité humaine.
N'empêche que...

N'empêche qu'une tenue extravagante ressemble à une barrière que l'on place entre soi et les autres. Comme si l'on demandait aux autres de s'en arrêter à "ça". Ou bien, une tenue trop conforme aux diktats de la mode  serait un moyen de s'effacer au profit de la masse.

Longtemps j'ai décrété vouloir m'amuser avec la mode. Je crois que ça n'est plus le cas. Déjà parce que l'amusement appelle l'amusement et si l'on y prend pas garde, on se retrouve avec une penderie de clown, et à dépenser des sommes "pour rire". 

Et puis aussi parce que l'habit fait le moine. En sociologie, on a tôt fait d'établir des familles de personnes permettant de ranger les gens selon des critères arbitraires mais se révélant souvent exacts. Oui, on en revient donc à l'éternelle question : s'habille-t-on pour soi ou pour les autres ?

Bon, ça ne veut pas dire non plus que je m'habille de façon monacale ! Je porte des couleurs, des imprimés etc... mais je cherche moins à avoir l'air d'une fille ... qui travaille dans la mode ! (coucou Sartre, coucou le garçon de café). Je veux juste que mes habits reflètent ma personnalité ou mon état d'esprit de manière à me sentir plus libre intérieurement mais aussi vis-à-vis du regard des gens.

En effet, si l'estime de soi s'acquerrait en se laissant la possibilité d'être soi-même ?

Dites-moi chères lectrices, qu'est-ce que vos habits représentent pour vous ? D'ailleurs, si vous êtes assez nombreux à me répondre dans les commentaires, sur FB, en mail ou que sais-je, ça pourrait être intéressant de faire un récapitulatif, non ?

On se retrouve sur Facebook / Hellocoton / Twitter / Pinterest / Bloglovin ?

Tags

7 commentaires:

  1. un article vraiment bien écris
    ce n'est pas facile d'avoir confiance en sois
    en tout cas c'est intéressant
    gros gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Chacha ! :) L'estime de soi, c'est un travail de chaque instant en effet ! ;)

      Supprimer
  2. Mes habits sont ma seconde peau, qui reflètent mon humeur et mon état du jour. Des talons pour l'élégance, des touches de couleur pour l'audace, le cuir et le noir en bons basics... ça mériterait un post entier !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Polina ! Oui, je serais curieuse de savoir ce que tes vêtements représentent pour toi ! :)
      Je note ce que tu dis ...

      Supprimer
  3. C'est un vaste sujet. J'ai été très extravagante quand j'avais 20 ans. Comme j'étais étudiante en style, c'était évidemment LE moyen de montrer de quoi j'étais capable. Et puis quand on aime, on ne compte pas. C'était une forme de démarche "artistique". Puis devant le peu d'emballement des mecs devant cette extravagance (il faut assumer devant les copains d'avoir une copine excentrique )- on est dans les années 80 et les seuls mecs qui ont un intérêt pour la mode sont homos- je me suis donc calmée. Puis je me suis habillée "créateurs" pour avoir un statut vi-à-vis de mes clients...
    Alors, oui, dans le cas des personnes qui travaillent dans la mode, on s'habille pour que les autres reçoivent l'image la plus positive de nos capacités.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut que je me replonge dans mes ouvrages de style pour imaginer ce que c'était d'être excentrique à l'époque ! ;)
      Et oui, c'est sûr que lorsqu'on travaille dans la mode, les vêtements sont essentiels... même si certains pros m'ont dit ne pas apprécier voir quelqu'un arriver habillé comme une gravure de mode... Paraitrait-il que ce serait perçu comme une personne qui pense que la mode est tournée vers soi, plutôt que vers le client.

      Bref, mais je suis sûre que dans toutes les corporations c'est pareil ! Dans la banque, ca doit être la même chose ! ;)

      Supprimer
  4. Il est certain que l'on attache, consciemment ou non, beaucoup d'importance à l'apparence des autres, qui est très largement constituée par le vêtement!
    Personnellement, je m'habille avec des vêtements plutôt intemporels, de qualité. Je recherche avant tout l''élégance sobre', quelque chose de chic sans excentricité... car je n'ai pas assez de confiance en moi pour l'assumer! Mais j'aime toujours beaucoup sur les autres... ;)

    RépondreSupprimer

Je vous laisse la parole !

Merci à vous de prendre le temps de me laisser un commentaire ! :)